Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 juin 2010 6 19 /06 /juin /2010 11:00

Pour la sortie de l'Eglise, je* cherchais un substitut au lancer de riz. Parce que 1, le riz c'est casse-pied dans les cheveux, dans les corsages, dans les bustiers, dans les chaussures ; 2, une poignée de riz en plein visage, ça fait mal ; 3, le riz, ça attire les pigeons et je n'aime pas les pigeons (ne me demandez pas pourquoi, je ne sais pas) ; 4, c'est interdit devant 1 église sur 2 alors, je pars du principe que c'est interdit devant la nôtre.

Bref : la lavande : on se marie en automne dons ça colle pas trop (et en plus une de mes témoins déteste l'odeur)

les vrais pétales : on se marie en automne ... (bis), en plus ca tache et c'est interdit pour ne pas qu'un pétale oublié se glisse entre le sol et la chaussure d'une petite mamie qui voudrait aller à la messe et qui se retrouverai à l'hopital

les pétales en papier : éventuellement mais c'est un peu la galère à balayer et comme c'est surement pas moi qui vais m'y coller, je ne voudrais pas imposer ça aux autres.

et il y a quelques jours, j'ai vu, dans un téléfilm américain bien gnangnan dont j'ai oublié le titre, des cornets en cartons qui lancent des serpentins de papier qui restent accrochés au cornet : hyper joli, ça ne fait pas mal dans la figure, facile à rammaser ! Bingo !

Mais je ne trouve pas cet article sur le net. J'ai trouvé ça : vous en pensez quoi ?

mariage-serpentin.jpg

trouvé sur http://www.mariage-promo.fr

C'est peut-être un peu cher mais comme je n'ai pas l'intention d'en prendre pour tout le monde, ça va. Je complèterais éventuellement par des pétales de papier blanc (écolo si possibles ** comme ça, si on en laisse quelques uns sur place, ou si certains s'envolent, je ne culpabiliserais pas).

 

* : je dis je parce que ChériChéri il s'en moque un peu je crois.

** : si une de mes écolo-copines (Lili, Mia, Doriane ...) a une adresse pas trop chère ...

 


Mise à jour : 

les bulles de savons : je ne retiens pas cette option que je trouve pourtant magnifique car les bulles risquent de mouiller et de savonner le sol du parvis (qui est en marbre ultra lisse), de plus, on m'a déjà dit que les bulles tachent selon leur recette. Comme je ne veux risquer ni de salir ma robe ni de casser les hanche d'une petite mamie, j'abandonne.


Il y a quelques jours, je me suis taper un délire toute seule dans mon bureau à ma pause de midi : j'ai mis à fond une musique bien kitsch et bien viellotte. Et là : c'est le drame ! (je rigole) J'ai eu les larmes aux yeux !!! Et je réalise que j'en rêve en fait ! Mais de quoi parle-t-elle !?!?

 

Vous en pensez quoi ?

Repost 0
16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 23:27

Suite aux photos du mariage de Nessa, Lili m'a montrée le site de la couturière de la robe de mariage civil de Nessa (faut suivre !) et j'ai craqué. Et puis j'ai vu les prix. Fin de l'histoire, me direz-vous ! Presque ...

Car par hasard, mais un vrai hasard, j'ai trouvé la même robe mais en coton (et pas en soie sauvage je crois) à 1/10° du prix sur un autre site. Il faudra juste que je rajoute 10/15 cm de jupon car il y a un certain problème de longueur. Bref, rendez-vous dans 4 semaines (ben oui, fallait bien qu'il y ait un soucis) pour les essais.

Je suis contente !

 

Repost 0
16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 22:15

anni.png

 

 

Ca y est, c'est fait et j'ai survécu : j'ai 30 ans. Ben vous savez quoi ?!? Je m'en fiche ! Pour de vrai !

Je dis ça car vous ne pouvez pas imaginer la crise de larmes que j'ai fait subir à ChériChéri pour mes 27 ans et pour mes 28 ans. Pour mes 27 ans, impossible de retenir les petites larmes qui coulaient doucement et que je ne comprenais pas. Peut-être parce que jusqu'au dernier jours de ses 26 ans, on a encore quelques avantages de la "jeunesse" (comme la carte 12/25 ans de la SNCF). Pour mes 28 ans, impossible de retenir les véritables torrents de larmes qui ont jailli d'un coup de mes yeux. J'allais bien et d'un coup, plus personne. Je ne saurais même pas vous l'expliquer.

 

Pour mes 29 ans, ChériChéri craignait le pire et puis rien ! pas l'ombre d'une mini larme. Pourquoi ? Je ne sais pas non plus ! Je lui ai juste dit que pour l'année qui commençait, je voulais UNE chose : des projets !

 

Et c'est le cas. Alors mes 30 ans, je m'en moque. (Il se demande bien ce qu'il va devoir me demander pour échapper à MA crise de la quarantaine !)

 

 

 

 

Parlons du plus important : mes cadeaux (je plaisante !)

 

Lili m'a offert une Kokeshi trop mimi ; ChériChéri m'a couverte de cadeaux : un sac à main, de femme, de marque et de luxe parce que mes besaces pourries, ça le fait pas. Ensuite, j'ai eu des places de concertS : 1 place pour accompagner ma soeur en décembre à lyon voir LadyGaga et 2 places pour aller ensemble, en décembre toujours, voir la tournée des années 80 dont on est fan-fan-fan. Là, nous sommes allés au restaurant ; il avait fait privatiser un petit resto que j'adore, rien que pour moi ! En vrai de vrai, c'était le 1° match des bleus (il paraitrait que c'est la Coupe du Monde) et ce petit resto n'a pas de téléviseur et donc, pas de clients sauf ceux qui ont tout compris et qui sortent ce soir là pour être tranquille et fêter les 30 ans d'une fille trop bien ! En rentrant, un dernier cadeau : la Tour Eiffel de notre amie suédois dont je rêve depuis des années (depuis que je l'ai vue, il y a bien 5 ans !)

anni-2.png http://www.gsell.fr/images/imftp/article/moyenne/A03450~ELSA10NOIR.jpg http://www.plugrtl.be/files/2010/04/Lady_Gaga_-_The_Fame.jpg http://www.tout-amneville.com/wp-content/uploads/2008/09/rfmparty80.jpg

 

Repost 0
Published by Claire - dans Ma vie de fille
commenter cet article
16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 22:10

J'ai encore un mini projet pour le mariage de Lili le Petit Poison Rouge. Je vous montre mes 2 images d'inspiration.

lili-surprise.jpg

Donc merci à l'inconnue de la photo de gauche et à Nessa (superbe blog)

(et puis quelqu'un qui aime le vert ne peut être que quelqu'un de bien !)

Alors Lili : tu penses aimer ?

 

Repost 0
15 juin 2010 2 15 /06 /juin /2010 10:18

Après un bon coup de tristesse et de découragement, je vais beaucoup mieux. Lire vos commentaires de soutien m'a fait du bien et les choses se sont arrangées après une grosse discution avec l'animatrice principale de la préparation au mariage.

Je reviens bientôt, mais je pense à vous.

 

Repost 0
9 juin 2010 3 09 /06 /juin /2010 22:40

http://www.educol.net/eglise-mariage-t7098.jpg

Je vis avec Le Garçon que j'aime depuis un moment déjà, cela fera 7 ans le sur-lendemain du mariage. Nous nous connaissons bien, nous connaissons les qualités et les défauts de l'autre ; nous connaissons nos points communs et nos différences, nous les comprenons et les acceptons puisque nous sommes d'accord sur l'essentiel. Quand est venu le moment de se marier, pour moi, l'église s'est imposée. Non pas que la mairie de représente rien mais elle est le côté législatif de notre union et l'église est tout le reste, l'immatériel, le sentimental, le truc qui fait que certaines d'entre vous organisent des cérémonies laïques. Ben l'église, c'est tout ça. Et Le Garçon que j'aime le comprend et accepte de faire ce chemin avec moi.

Le Garçon que j'aime est baptisé mais n'a jamais été au catéchisme, il ne connaît de la Bible que les grandes lignes historiques dirons-nous. Mais il croit en Dieu. Par culture peut-être (ne nous voilons pas la face, le contexte familial joue énormément sur nos croyances *), mais si on fouille un peu, on réalise que sans aucune notion de catéchisme, ses croyances sont plus celles du catholicisme que d'une autre religion, chrétienne ou non. "Coup de bol", je suis catholique, cela facilite les choses.

La préparation religieuse au mariage commence. Le Garçon que j'aime est baptisé donc nous évitons les bâtons qu'on a mis dans les roues de certains. Le Garçon que j'aime est curieux, ouvert d'esprit, intelligent et un minimum cultivé alors tout commence bien. Nous comprenons ce dont on nous parle les premières réunions. Tout se passe bien, même si le protocole dérange un peu Le Garçon que j'aime ; moi, je l'accepte même si parfois, il serait bon de faire évoluer les choses.

Je parle (déjà dit je sais) du cheminement personnel que j'ai eu et qui m'a permis de bien voir les raisons qui ne sont PAS celles pour lesquelles je me marie, je me sens confortée dans mes choix, même si je ne doutais pas ; mettre des mots et/ou le doigt sur des évidences a du bon parfois. "Tu n'es pas sûre de toi, tu n'es pas prête à te marier ..." J'aurai pu lui dire que je n'étais personne pour la juger et réciproquement, que de tels mots sans aucun fondement sont très durs et touchent. J'aurai pu lui dire que je ne commente pas son couple qui se marie seulement 18 mois après leur rencontre et déjà un enfant de 3 mois. J'aurai pu m'énerver. Mais non, j'ai préféré me taire, retenir difficilement mes larmes et partir avec ça sur le coeur.

C'était il y a un mois.

Je parle d'un texte qu'on nous propose et grâce auquel on doit faire un lien avec le mariage ; je parle des compromis que j'y vois et qui à mon sens sont indispensables (car je pense et je SAIS que personne n'est d'accord à 100% avec sa moitié et que si l'essentiel est commun, les détails sont parfois des compromis) "On ne fait pas de compromis en amour, c'est le meilleur moyen pour avoir des repproches plus tard"...

Je parle de MA vision du mariage, qui n'est pas d'après moi, un changement dans la vie de MON couple mais une évolution, une continuité. "Ben alors te maries pas, disent certains yeux"... Lui ai-je dis que si elle s'attendait à ce que son fiancé se transforme en Prince Charmant le soir du mariage, elle allait être surprise ? Bien sûr que non ...

Je ne dis pas que j'ai raison avec mes visions parfois bien personnelles des choses, mais je ne dis pas que les autres ont tort.

Le Garçon que j'aime demande une explication sur un texte qu'il ne saisit pas et qu'il aimerait comprendre. "Quel ignorant ! disent certains yeux"... Et là, je ne suis pas merdeuse comme les autres fois, je suis en colère intérieurement (bien sûr, je ne dis rien ...)

Imaginons que Le Garçon que j'aime ne soit pas croyant, comme semblent croire ces gens, face à ses questionnements et désirs d'apprendre/comprendre, Imaginons ... Il est là, à mes côtés, au milieu d'une église, face à un prêtre et dans un groupe de couples préparant leur mariage religieux. Imaginons qu'il ne soit pas croyant ... Ne serait-il pas le plus amoureux des hommes présents ? Ne serait-il pas celui qu'on devrait le plus soutenir dans sa démarche ? Ne serait-il pas celui qui a le plus besoin qu'on lui montre la cohésion de chrétiens ? ...

J'ai l'impression qu'on se heurte à un mur de jugement et de mépris. (je parle du groupe de couples, pas du prêtre ou du "couple marié-animateur")

Et moi, j'ai honte. Quel est cet exemple qui nous est donné ! J'en suis à me demander si je veux faire partie de ce groupe de gens.

 

 

"Si c'est ça être croyant, alors effectivement, je ne le suis pas ..."

Vous vous êtes déjà pris un coup de poignard dans le coeur ? Je suis en colère contre eux.

 

 

Alors on prend un peu de recul et on se dit que on n'est que tous les deux dans notre union, que tant que nous sommes tous les deux d'accord, c'est l'essentiel. Mais je vous assure que j'ai bien pleuré aujourd'hui. On n'y mettra ce qu'on veut dans notre mariage (et je ne parle pas que de la cérémonie). Et puis Maman m'a dit que dans tous les cas, il n'y a que nous dans nos têtes, personne n'a à y entrer et personne ne peut y entrer.

 

 

J'ai lu ma lettre d'intention au Garçon que j'aime. Et la conclusion c'est que, ce Garçon, je l'aime, croyant ou pas. Nous partageons les mêmes valeurs et les mêmes envies. Nous partagerons bientôt le même nom et le même avenir.

Je commence à comprendre mon amie qui dit que ce sont ceux qui se disent les plus croyants et pratiquants qui sont les moins tolérants ...

 

* je me suis pris la tête le soir du repas estival annuel du bureau avec une certaine Madame Tétard à qui je disais que j'étais consciente que si j'étais née dans une famille juive, je serai surement juive, si j'étais née dans une famille musulmane, je serai sûrement musulmane. Réponse on ne peut plus glaciale et chargée de tout le mépris que peuvent contenir si peu de mots : "On a toujours le choix" ... Ce furent nos derniers mots échangés. Bien sûr, j'aurai pu lui balancer dans les dents que pour une si bonne croyante, elle était drôlement Maman pour une femme non-mariée, j'aurai pu lui dire que la tolérance qu'elle prône serait la bienvenue, ainsi qu'une certaine ouverture d'esprit, j'aurai pu ... Mais bien sûr, je n'ai rien dit ...

Repost 0
6 juin 2010 7 06 /06 /juin /2010 21:01

ENFIN !!!!!!!!!!

Nous avons fini les faire-parts ; ils partent à l'impression demain soir. nous nous sommes mis d'accord sur les couleurs exactes, sur les textes. Je suis super contente et hyper soulagée : ça c'est fait ! 2 minis aperçus sans explications :

mariage-FP-1.jpg

mariage-FP-2.jpg

 

Il nous reste à faire les pliages qui iront dedans et les enveloppes. En clair, ceux qui doivent en recevoir, ne sont pas prêt de les voir dans leur boîte aux lettres.

Repost 0
6 juin 2010 7 06 /06 /juin /2010 20:38

ENFIN !!!

Notre appartement des années 40 était équipé de menuiseries en bois (d'origine) avec un vitrage simple et ultra fin, des montants qui, avec le temps, ont bien pris leur aise. Je pouvais passer le petit doigt entre les battants quand la porte fenêtre était fermée. Nous chauffions la rue tout en profitant pleinement de ses bruits. Que du bonheur !

Heureusement, "Y'en a pas 2" nous a sauvé la vie ; après 18 mois de recherches infructueuses, nous nous sommes rendu dans cette enseigne. Ils ont été les seuls à accepter de faire nos menuiseries hors normes (fenêtre : 120x196 et porte-fenêtre : 120 x 286 ; refusées par tous les fabriquants ou alors avec imposte, interdit par notre syndic)). Délais longs mais respectés, prix imbattables (enfin par rapports aux autres devis que j'avais eu), livraison dans le petit créneau horaire fixé, pose plus rapide que prévue (4h au lieu de 6/7 envisagées) et objectivement réussie, ménage effectué après les travaux.

Résultat : ça fait 2 nuits que je dors super bien, que je me réveille avant mon réveil

(et pas par les camions de la mairie) et sans être épuisée. Génial.


Repost 0
Published by Claire - dans Ma vie de fille
commenter cet article
6 juin 2010 7 06 /06 /juin /2010 20:09

Vendredi prochain, je deviens très officiellement adulte, je serai plus proche des 40 ans que de mes 20 ans (va falloir que je "m'adultifie", zut ...) Pour l'occasion, BelleMaman m'offre un essai "maquillage"en vue du mariage : une de ses amie m'a fait une pose d'extensions de cils. J'ai peu de cils et ils sont très courts et très clairs. Comme je suis pas la moitié d'une fille, j'ai sauté sur l'occasion. À 4 mois du mariage, si ça ne me plaît pas, ça aura eu le temps de partir (les faux cils, collés un par un sur les vrais cils, tombent en même temps que ceux-ci, donc entre 3 et 6 semaines plus tard). Ça dure environ 2h30 (sauf quand on y va avec sa Belle Maman qui est amie avec la "poseuse" et qui s'avère bien plus bavarde que moi !), ça ne fait pas mal du tout, je me suis même endormie 30 min. Photo (on ne se moque pas de ma tête fatiguée, je suis 1 épuisée en ce moment, 2 pas maquillée pour le soin) Cliquez pour agrandir

cils.jpg

(Photos sans mascara) Vous en pensez quoi ?

Repost 0
Published by Claire - dans Ma vie de fille
commenter cet article
5 juin 2010 6 05 /06 /juin /2010 11:26

 

En ce moment j'avoue que je ne me casse pas trop la tête : je vole des articles chez les autres (au moins j'ai la décence de le reconnaître) Nous dirons que c'est une sorte d'hommage, car ne trouvant pas comment mieux faire passer l'idée, je préfère utiliser les bons mots choisis par une autre. En espérant ne blesser personne, je vole aujourd'hui encore Mia. Je connais son blog depuis un certain temps et j'avoue que je fonctionne comme les enfants : si le titre ne m'accroche pas plus que ça et si en plus, y'a pas d'images, je ne lis pas un livre *. Donc j'avoue : je n'ai pas lu TOUS les articles de Mia (ni ceux de Lili) même si depuis quelques mois je fais des efforts (90% des articles lus sur mes blogs favoris et même 100% pour certains). Bref : lors de notre rencontre, Mia m'avait parlée de 2 textes sur son blog : les Gros Cailloux (déjà volé car lu et adoré) et "Ne te marie pas" (que j'avais bien évité de lire car le titre ne me plaisait pas !). Elle m'en a parlée, je l'ai lu, enfin, je les ai lu (5 articles) et j'ai pleuré (ok, je pleure facilement). Alors je le vole :

 

Mia, merci, je me retrouve dans ce texte, j'y vois les réflexions que j'ai eu avec moi-même durant toutes les années où il ne voulait pas m'épouser et où je cherchais la vraie raison pour la quelle moi je le voulais tant. Je voulais être sûre que ce désir que me faisait tant vibrer n'était pas un caprice temporaire, mais bien une volonté de choix de vie, réellement réfléchie et presque analysée. Je ne voulais pas "imposer" une envie du moment (et tout ce que la fin de cette envie entraîne, l'échec qui en découlerait) à celui que je saoulais avec mes envies de robe blanche. Je voulais être 100% sûre que ça n'était justement PAS une envie de robe blanche et de jolies photos **. Ce cheminement personnel m'a d'ailleurs valu un "tu n'es pas sûre de toi, tu n'es pas prête pour le mariage" de la part d'une future mariée de mon groupe de préparation religieuse au mariage ; ça m'a mis un coup sur le moment, j'en ai même pleuré et puis non, au contraire, je préfère avoir tout retourné dans tous les sens, avoir envisagé le plus futile comme le plus grave, quitte à me mettre moi-même en équilibre face à mes propres choix. Mais voilà : je suis sûre de moi : c'est lui que je choisis pour cette aventure longue et complexe qu'est la vie à 2. Nous ferons tout pour que ça dure (nous avons même parlé du divorce !)

 

Bref, Mia, je vole ce texte que tu as tellement bien choisi :

 

extrait du livre Cris du cœur de Jeanine BOISSARD

«Toi, Fabrice, tu l’as enfin rencontrée, la « mille fois mieux ». Ca marche, ça dure… Plus d’un an que vous êtes ensemble. Faire l’amour, vous ne vous en lassez pas, l’un sans l’autre, vous vous sentez orphelins, l’un comme l’autre, vous avez envie de stabilité. Alors, hier, avec Sophie, vous vous êtes dit : « Si on régularisait ? » En plus, ça ferait plaisir à tout le monde : les parents qui piaffent, la grand-mère qui fourbit la bague. Et puis quelle fête ! Mairie, église, robe blanche et demoiselles d’honneur, tout le grand jeu ! Et un de ces jours, pourquoi pas un enfant ? Oui, ce serait chouette, un enfant.

TE MARIE PAS !

Pas encore, pas comme ça : pour régulariser, rassurer les parents ou faire la fête.

D’ailleurs, qu’est-ce qui leur prend à vos parents, à ta grand-mère, Fabrice, qui tremble quand, sac au dos, tu pars pour la Turquie ou l’Amérique du Sud : régions instables, mauvaises rencontres, danger… et la voilà, les voilà qui te poussent vers un voyage incertain, plein d’inévitables tempêtes, semé d’embûches, sans billet de retour ni de compagnie d’assurance pour couvrir les risques. Inconscients les parents…

« Le billet de retour, au pire, c’est le divorce. »

Si tu as ce moment dans le crâne avant même d’être passé à la mairie, c’est comme si c’était fait, te marie pas. Garde les sous du mariage, ajoutes-y ceux d’un divorce plus que probable et, plutôt que le grand voyage qui risque de vous ruiner corps et âme, payez-vous, Sophie et toi, plein de petites escapades.

« Mais justement, on en a assez des escapades… Et pour le divorce, je disais ça comme ça. Nous, on est décidés à se marier pour toujours bien sûr. »

Bravo ! Mais « toujours », avez-vous fait le calcul ? Avec vos vingt-quatre ans, si l’on en croit les « espérances de vie », vous êtes partis, sauf pépin, pour un demi-siècle de vie commune. Et partager le même lit, la même table, les mêmes amis, les mêmes paysages durant un demi-siècle, et même un quart, même dix ans, il vaut mieux que vous sachiez une chose : C’EST CONTRE NATURE. La nature de l’homme (terme générique embrassant la femme) le porte au changement. Il s’ennuie, s’irrite à arpenter sans cesse le même jardin. Les fruits du voisin lui semblent toujours plus appétissants que les siens. Aussi, avant de se décider de partager pour toujours les mêmes pommes, soyez sûrs d’avoir pour cela de bonnes raisons.

Se marier pour régulariser ? Aucun intérêt ! Aujourd’hui, plus personne ne montre du doigt les concubins, même vos grands-mères ont fini par fermer les yeux lorsque, dans la maison de vacances, vous sortez le matin d’une même chambre alors qu’on a pris soin de vous loger à deux étages différents. Vous êtes reçus partout en couple et, puisque vous travaillez tous les deux, côté impôts, il est plus intéressant de remplir des feuilles séparées.

« On vous parle « amour », vous répondez « gros sous »… Régularisez, c’était une façon de parler. La vérité, c’est que Sophie et moi, nous ne nous lassons pas l’un de l’autre, pas la moindre envie de regarder dans le jardin d’à côté. Si vous voulez savoir : « Extra, les pommes ! ».

Okay, d’accord, parlons du plaisir que vous éprouvez ensemble, la fabuleuse fête des sens, le désir qui vous saisit à chaque instant l’un de l’autre.

CA NE DURERA PAS. Pas de façon aussi torride, pas toute la vie. Un jour, vos cœurs battront moins fort lorsque vous ferez l’amour ; le plaisir sera moins brûlant, la passion s’éteindra. Elle s’éteint toujours. Et alors les yeux s’ouvrent, on voit l’autre tel qu’il est et non plus tel qu’on l’avait rêvé. Mon pauvre Fabrice, derrière la magicienne qui, lorsqu’elle soupire dans tes bras, te rend le plus beau, le plus viril et le plus intelligent des hommes, tu découvriras une simple femme aux yeux cernés, fatiguée de sa journée et qui te reprochera de lui laisser faire seule la vaisselle. Hélas, Sophie, sous l’armure du preux chevalier dont l’ardeur et la force te bouleversent, t’apparaîtra peu à peu un homme-petit-garçon, parfois capricieux ou autoritaire. La magicienne et le preux chevalier s’étant envolés au royaume des illusions perdues, vous vous désirerez moins et toutes les recettes de journaux, les conseils des amis n’y pourront remédier parce que c’est le triste sort du désir que de s’user. Bref, ne vous mariez pas parce que faire l’amour ensemble, c’est « géant ». Ni sans savoir que cela peut l’être aussi avec d’autres et que dix, vingt, cinquante ans de fidélité sont un exploit presque impossible.

« Moi, si elle m’est infidèle, je lui rends la pareille. » « Moi, s’il me trompe, adieu. »

AUTANT VOUS DIRE ADIEU TOUT DE SUITE ! Durant votre demi-siècle, vous allez tous les deux rencontrer des quantités d’êtres épatants, excitants, débordant d’admiration pour vos importantes personnes et sur lesquels se reporteront vos rêves. Vous frôlerez d’innombrables tentations. Et si vous n’êtes pas à l’avance décidés à résister, si vous n’avez pas comme priorité de ne pas faire souffrir l’autre, vous mariez pas ! Et pas davantage si vous vous refusez à accepter que, malgré de louables efforts, peut-être vous trompera-t-il, peut-être vous trompera-t-il, peut-être succombera-t-elle, et vous n’êtes pas résolus à passer l’éponge, en tout cas la première fois.

«Vous alors, c’est vraiment la douche froide ! Après les gros sous : l’infidélité quasi obligatoire. Quelles perspectives ! Si on vous écoutait, plus personne ne se marierait. Et les enfants ? On a le droit de se marier pour avoir des enfants ? C’est une bonne raison ça, ou non ? »

La meilleure ! Mais sans oublier que c’est souvent avec l’arrivée de ces petits anges que commencent les bagarres. Si Sophie veut les mettre à l’école privée et toi à l’école publique, si tu souhaites que ta femme cesse de travailler pour les élever et qu’elle est fermement décidée à garder son boulot envers et contre tout, si tu en veux une tripotée et elle, un seul, ne te marie pas, Fabrice, pas avec elle !

Toi, Sophie, si tu es pour l’égalité des sexes et que Fabrice ne met jamais la main à la pâte, si tu es fourmi et qu’il est cigale, s’il aime passer ses vacances au bout du monde et toi chez maman, ne te marie pas, ou avec un autre.

« Je le changerai ! » « Avec moi, elle évoluera. »

N’y comptez pas ! A-t-on jamais vu un radin devenir généreux ? Une maniaque désordonnée, un autoritaire conciliant, une ronchon souriante ? Avec l’âge, les défauts comme les qualités ont tendance à croître et embellir. Si vous n’aimez pas l’autre aussi pour ses défauts, vous mariez pas. Et vous mariez pas dans l’intention de vous enfermer tous les deux pour vous croquer « en Suisses », il y aura de l’évasion dans l’air. Et vous mariez pas en vous promettant de partager tout-tout-tout, c’est la mort par étouffement garantie. Si Fabrice passe des heures en compagnie de son ordinateur : tant mieux ! Si Sophie aime les claquettes : olé ! S’il vibre au foot et elle au concert, liberté ! Après, c’est tellement agréable de se retrouver.

••• MARIEZ-VOUS parce que la fin de la passion, ce n’est pas grave s’il y a de la tendresse qui fait aimer, derrière l’armure en toc du chevalier, le petit garçon fragile ; sous les atouts trompeurs de la séduction, la femme vulnérable … parce que même si elle te porte sur les nerfs, même si tu as parfois envie de l’étrangler, dans cette société où rien ne dure, où rien n’est stable, c’est fabuleux de savoir qu’à la maison quelqu’un est là, a promis d’être toujours là, dont tu as besoin comme il a besoin de toi. Mariez-vous pour oser dire le mot « toujours ».

Engagez-vous parce que l’aventure, le minitel rose et les massages thaïlandais, ça passe, ça lasse. Alors que prendre dans ses bras quelqu’un qui vous voit telle que vous êtes, que vous acceptez tel qu’il est, pour lui faire doucement l’amour, c’est l’amour.

Parce que, l’époque du chacun pour soi, de la fuite des responsabilités, prendre sur son dos une famille, offrir à des enfants la chance de pouvoir dessiner des maisons avec des rideaux aux fenêtres (c’est maman), des soleils qui fument la pipe (c’est papa), des fruits aux arbres (c’est l’amour), des œufs dans les nids (c’est nous), voilà de la belle œuvre qui vous donne des raisons de vivre.

Mariez vous par ambition : « Cinquante ans ? Pfuitt ! A cœur vaillant rien d’impossible. » Par défi : « C’est de la folie, contre nature, ce sera parfois la galère ? Et alors ? »

Mariez-vous pour ce bien-être qui, après la brûlure de la passion, s’installe entre deux personnes qui se plaisent ensemble et leur permet de dire « nous » à tout bout de champ, sans même plus penser que « dire nous », c’est le bonheur, la « pêche ».

Et pourquoi pas pour l’aventure ? L’aventure, ce n’est plus de se donner toutes les libertés puisque aujourd’hui elles sont offertes à tous, servez-vous, c’est soldé et sans risque.Si c’était plutôt de risquer pour Elle, de risquer pour Lui, son cœur, sa vie et sa liberté, dans le voyage au long cours du mariage, fermement décidés à ne pas débarquer en route, si enchanteur que soit le chant des sirènes ?»

 

 

J'espère que ce texte vous a plu. Moi, je le relis et il me plaît encore plus.

 

* : oui c'est nul, mais comme vous pouvez le constater, je suis tout sauf une littéraire : peu de vocabulaire, des tournures de phrases basiques ou au contraire trop alambiquées, et une énorme difficulté à faire passer exactement les sentiments que je voudrais. Si vous pouviez lire les textes de mes soeurs, vous seriez bluffer ! Tiens ! je viens d'avoir une idée !

** : c'est un peu pour ça que cela m'est égal si il pleut à notre mariage : ça n'est pas la photo qui compte, mais ce que l'on vit et ce que l'on s'apprête à vivre. Cela dit, si il fait beau et que nous avons de belles images à montrer, je ne vais pas me plaindre. J'ai d'ailleurs, et j'assume malgré le décalage avec ma réflexion précédente, choisie une église un peu éloignée de chez nous car celle qui est à 200m est vraiment moche (j'ai eu un peu la honte au fond de moi, quand, droite dans mes bottes, j'ai dit ça au prêtre).***

 

*** : je me prends pour Mia avec mes "*"!

 


Repost 0

Un jour quelqu'un m'a dit : "Lancez vous ! Nous sommes toutes des magiciennes !"
Et je l'ai cru ...   Bienvenue à vous ! 

 

Rechercher

Bienvenue chez moi

mariage-oreille-noire.png
Je m'appelle Claire, Je vis entre un chat fou
un Lutin parfait et un ChériChéri adorable.
Quand j'ai du temps libre, je fais toutes
sortes de bidouillage.

 

1

Ballades Sur Mon Blog

1

1